Dans la vie d'un(e) designer graphique (partie 2)

Vous vous souvenez de mon dernier article dans lequel je vous parlais de mon quotidien où l’on me confond souvent avec une infographiste? Eh bien c’est maintenant le moment de vous faire entrer plus profondément dans ma routine.

Vous savez, même si vous ne vous en rendez pas nécessairement compte, les productions graphiques sont partout. Elles sont serrées bien fort avec notre quotidien en tant qu’être humain. Qu’on parle de logos, de brochures, de sites web, de campagnes publicitaires, ils sont toujours là et se renouvellent sans cesse. Sachez aussi que même si notre travail est éphémère, le design graphique est un métier captivant. Nous devons toujours nous renouveler, trouver des idées toujours plus fortes que les précédentes, jeter certains travaux à la poubelle et recommencer, et tout ça pour procurer la meilleure sensation possible au destinataire, à la clientèle cible.

C’est ça qui fait aussi que nous sommes menacés de tous bords tous côtés par des conceptions de ce genre. Nous voulons toujours nous surpasser. Nous sommes aussi très durs envers nous-même, souvent même plus qu’envers le travail des autres.

- C’est pas assez percutant.
- C’est trop moche.
- C’est du déjà vu.
- C’est pas assez…
Je vous laisse vous imaginer la suite.

On s’autocritique, mais on critique aussi sans cesse le travail des autres. Nos critiques ne sont pas nécessairement déplacées, mais nous sommes tellement perfectionnistes, à un point tel où on ne fait que regarder le travail des autres et le commenter afin de trouver une meilleure alternative. (Des fois c’est juste une question de déplacer une ligne d’un centimètre vers la droite, juste pour dire que la composition n’était pas parfaite, mais qu’elle le sera ainsi… vous comprenez?) Sans mauvaises intentions, nous avons tous une vision projetée différente d’un visuel à rendre. C’est simplement humain. C’est aussi parfois légèrement...difficile à vivre pour les gens de notre entourage (hihi). Il vient un moment où on devient pas mal tannants, toujours astiqués sur les détails, mais ça passe.

Par exemple, quand je vais au restaurant, je ne peux m’empêcher de trouver tous les défauts d’un menu, c’est un incontournable. Vous ne voulez pas m’entendre parler de mauvais alignement ou de typographie mal exploitée? Alors ne m’amenez pas au restaurant. ;) Je vous aurai prévenus! Vous pouvez aussi m’amener à l’épicerie pour qu’on s’achète un lunch, mais je risque fort bien d’acheter un truc bizarre à manger juste parce que je trouve le packaging “cute”, donc vous risquez d’en entendre parler également.

Bon. Je vous avais dit auparavant que c’était parfois difficile à vivre une artiste. Mais pourquoi donc? On est bien gentils, zen et marginaux, mais il peut arriver qu’on fasse à notre tête et qu’on soit bien fermés sur quelques trucs.

Comment on voit l’opinion externe, quand on travaille dans des domaines artistiques comme le design graphique?

Eh bien on demande quasiment toujours aux autres de nous donner leur opinion, mais dans le cas où l’opinion est plus ou moins positive, on fait à notre tête, on s’en contrefiche s’il n’est pas d’accord. On fait comme si on avait rien entendu…

Qu’est-ce qu’on idolâtre au plus profond de nous-même?

A.P.P.L.E. / iPhone, MacBook, iMac, etc… JE SENS DÉJÀ LES PRO-PC GRINCER DES DENTS! Il arrive assez (très) souvent qu’on entre dans des débats sans issue avec les adeptes de PC ou Samsung, même si on le sait qu’ils n’aimeront pas plus la pomme. (L’histoire de notre vie) Les collègues ici peuvent comprendre, ils ont fait partie du débat dernièrement, puisque OUI, Vincent et Ariane ont des PC, même s’ils travaillent dans un domaine artistique. La vérité, c’est qu’il n’y a pas une marque meilleure que l’autre. Tout dépend de l’utilité que l’on en fait. C’est pourquoi je disais que ces débats-là sont sans issue.

Qu’est-ce qui nous agace le plus?

Quand quelqu’un vient commenter un visuel que l’on crée sans qu’on lui demande son avis. Moi, c’est quand quelqu’un critique ma déco, même si je suis designer “graphique” et non designer d’intérieur. On a quand même un sens décoratif, puisqu’on travaille beaucoup avec les couleurs et les compositions.

L’objet auquel je tiens le plus?

Je dirais qu’après mon iMac et ma tablette graphique, c’est ma charte de couleurs Pantone. Si vous m’aviez vue quand j’ai reçu la mienne! Que de joie, comme vous pouvez le constater ici. Je la garde bien rangée et à porter réduite de tous. C’EST LA MIENNE! PAS TOUCHE!

12865-img.png

Mon logiciel préféré?

Excel, c’est quoi ça? Ah, vous voulez dire indesign! (Le logiciel que beaucoup de mes amis dans le domaine détestent, mais moi c’est mon préféré, parce que je suis une freak du traitement de texte) Ne me parlez pas d’excel ou je vous donne une claque tout de suite!

Sur ce, ciao bye et on se retrouve à mon prochain article.

Fred